09/05/2011

Le thème de l'insécurité a rangé ses crocs, pas moi !

De ma commune de Bernex, j'observe les hommes et je me rends compte qu'ils sont devenus si violents, si agressifs, si dangereux pour eux-mêmes, que je me demande ce qui pousse l'humain à devenir criminel et nuire à ses congénères.

Il faut dire que comme un soufflé au fromage qui n'aurait pas supporté la chaleur du four, le thème de la sécurité est lui aussi vite retombé, comme après toutes élections. Dans ma meute il n'y a pas de place pour le doute ou les incertitudes de l'avenir. Un problème se présente, nous le réglons, rapidement et sans concession, surtout si nous nous retrouvons en danger.

Si le loup est menacé en Europe, jamais il me semble, à lire les faits-divers, la situation n'a été aussi préoccupante pour les habitants de Genève et son territoire si convoité.

A lire les journaux abandonnés en lisière, je m'aperçois que :

 

  • 1) La réorganisation de la police demeure une véritable inconnue, pour le peuple mais aussi pour vos policiers, voire le pouvoir judiciaire, comme s'il n'y avait plus de chef de meute dans les institutions.

 

  • 2) L'application du nouveau code de procédure pénale ouvre déjà de nombreuses questions sur l'efficacité de celui-ci, notamment par le mode d'exécution des ordonnances de condamnations prononcées ou le poids du suivi des enquêtes par la police placée sous mandat des magistrats, eux aussi en nombre insuffisant. Une meute affaiblie sera toujours à la recherche de proie plus facile, sans oser s'attaquer aux véritables prédateurs.

 

  • 3) Selon les HUG, les cas de blessures par armes blanches ont drastiquement augmentés ces derniers mois, tout comme les problèmes de coma éthylique chez vos jeunes et auprès des mineurs. Deux fléaux de rue qui ne semblent pas interpeller autrement vos autorités, judiciaires ou politiques. Chez nous, planter les crocs demeure un véritable geste de défense ou pour assurer notre subsistance, ce qui n'est pas le cas chez l'homme qui blesse bien souvent pas cruauté et méconnaissance des dangers.

 

  • 4) Le taux d'occupation de Champ-Dollon, qui est en baisse régulière depuis des semaines, est-il le signe d'une certaine mansuétude judiciaire dans les condamnations prononcées et/ou les libertés accordées courant enquête, ou une réalité tout autre qui serait que les auteurs condamnés restent en rue en lieu et place de purger les peines prononcées et dont la décision est pourtant exécutoire ? Chasser des crocs un indésirable de la meute ne sert à rien si on lui tend la patte pour le nourrir.  

 

 

  • 5) La récidive pourrait devenir le fléau de la décennie en cours si rien n'est envisagé pour stopper la gangrène qui ronge les rues et bientôt nos campagnes. Même nous, prédateurs, devons nous protéger des voleurs et autres gredins.  

 

  • 6) Le tourisme criminel pourrait lui aussi exploser avec l'ouverture à huit nouvelles nations à la liberté de circulation des personnes. Dans ma meute, on ne se mélange pas et l'étranger est craint, sauf s'il prouve sa véritable volonté d'adaptation.

 

Bref, bien des questions sans réponse, pour moi, pour vous, simple citoyens dans un canton fragilisé par sa position géographique et économique, mais aussi par le manque de fermeté dans des discours politiques devenus muets. La chasse n'est plus ouverte, et les prédateurs rodent, je les sens, le les vois, je les devine, je les crains aussi alors je rentre dans mon bois, à la recherche d'un temps passé où je pouvais vivre en paix avec mes petits sur ce territoire.

 

Pertinence, la Louve de Bernex.

 

 

09/08/2009

M.U.R mouvement ultra révolutionnaire

aff2003_G8env.jpgDepuis que je me suis mise sur ce site, avec mes crocs et mon blog canin, je n'arrive pas à comprendre les motivations de certains. Si l'homme est bien souvent limité dans ses réflexions, il arrive néanmoins à choisir une ligne de vie, une meute, un bois dans lequel vivre, voire survivre. Mais là, je cherche désespérément à comprendre la démarche de M.U.R, le mouvement ultra révolutionnaire. Un blog ... inconstant et insaisissable.

Quel est le but de cet internaute, et des anarchistes révolutionnaires, quelles sont les idées qu'il défend, quel mode de vie prône-t-il, quelle société idéale voit-il ?

A la lecture de ses textes, et bien souvent de ses réponses dans les blogs d'autres intervenants, l'anarchie des mots, des idées et des solutions résultent dans ses écrits.

Pour changer le monde, il ne suffit pas de hurler sa haine et d'attaquer, verbalement, physiquement, moralement les autres, l'Etat, les autorités, la société, il faut aussi faire preuve d'une certaine intelligence de développement et apporter des idées nouvelles et des solutions aux problèmes de notre société.

Visiblement, certaines personnes ne sont par M.U.R pour participer à ces dialogues.

Dans la meute que j'ai quitté, il y avait aussi un vieux loup, hargneux, qui hurlait sans cesse pour tout. Un jour, comme personne ne l'écoutait plus, car ses tumultes n'interpellaient personne, il s'est endormi avec ses idées noires, et il est mort ainsi, sans avoir réussi à faire passer,  ni ses idées, ni sa vision de la vie.

affscalp_police.jpg

MUR.jpgSi l'envie m'en prend, je sortirai de mon bois pour lorgner le premier Blog-Café de M.U.R, mais j'ai un doute sur la viabilité de cette démarche qui va indéniablement manquer d'ouverture d'esprit.

 

 

L'anarchie, la révolution, et après ????????????????????????????????????????????