13/09/2010

IKEA il faut y venir, mais pas en voiture !

Une nouvelle meute c'est installée sur la rive droite, de grands loups suédois avec un véritable catalogue d'abondance. Pas de rivalité entre nous, car nous ne chassons pas le même gibier.

(Ce mot n'est pas une publicité, mais une réflexion sur la mobilité urbaine)

C'est donc le grand jour, IKEA Vernier a ouvert. Comme prévu, le parking du grand géant bleu a été rapidement complet en cette journée réservée aux membres IKEA Familly. Peu importe, la nouveauté attire, les offres intéressantes aussi, comme en période de soldes, rien n'arrête le consommateur.

Heureusement, aujourd'hui le délestage mis en place par les "petits bleus" a bien fonctionné, et les parkings adjacents ont remplis leur mission, aidés par les TPG et une navette régulière.

Mais ce lundi n'était qu'un galop d'essai, il faudra faire preuve de patiente, d'anticipation, voire d'innovation pour venir découvrir le cube.

Fermé mardi, c'est mercredi, jeudi, vendredi et surtout samedi qu'il faudra user :

·          du train (ligne R, arrêt Cointrain),

·          du tram (lignes 14 & 12, arrêt Blandonnet),

·          du bus (lignes 6 - 19 -23 - 28 - 57 & Y, arrêt Renfile),

·          où d'une mobilité douce non motorisée.  

Donc si vous aussi vous voulez goutter les fameuses boulettes à la viande ou un canapé aux crevettes, si vous aussi vous avez besoin d'une literie ou d'un bibelot, n'oubliez pas que la voiture n'est pas une fin en soi, surtout lors d'une inauguration attendue depuis si longtemps, prenez donc le temps de la déguster.

Roulez rusé, surtout que le prix du billet n'est pas encore à CHF 3,50 à Genève, un monde en soie, ce qui ne va pas durer, alors que le grand géant bleu c'est lui installé pour longtemps au carrefour de nos chemins autoroutiers, juste pour meubler nos journées.  

La Louve qui regarde ses amis les bipèdes se ruer dans le cube, avec patiente, mais aussi avec pertinence j'espère.

Pertinence.

 

 

28/07/2010

Un petit indien sauve les piétons des chantiers !

Il s'appelle Yaka, c'est un petit indien qui va guider les piétons perdus à travers les méhandres des travaux qui déffigurent notre canton. Heureuse initiative, une aide au déplacement pédestre urbain, pour nos citoyens, pour nos touristes, pour nos enfants aussi.

33397_446130596795_236413916795_6133830_2651269_n.jpg

http://planetephotos.blog.tdg.ch/archive/2010/07/13/dans-...

 

Reste qu'un gros problème demeure à Genève ! Nos usagers de la route, nos automobilistes, motards, livreurs, cyclistes ont-ils été oubliés par la tribu ?

Moi je verrais bien Lucky-Luke débarqer dans nos rues pour aiguiller cette caravane urbaine, à moins que les Daltons ne sortent du bois avant ?

Genève, un monde en soie !

Pertinence.

 

03/07/2010

Le ver est dans nos institutions, il en dévore le fruit avant de s'attaquer au noyau !

Du coin du bois, je regarde l'actualité, et comme je ne suis pas affamée, pas besoin de dévorer le premier fait divers. Donc, je prend de la hauteur sur ma colline à Bernex, et j'observe la société des hommes.

Ce qui me choque en premier, se sont des mots qui reviennent souvent cette année dans l'actualité : affaire, traître, secret de fonction, manipulateur, appel d'offre, conflit d'intérêts, démission, révocation, argent, politique, justice, parlement, constituante, gouvernement.

Ce qui me choque en second, se sont les méthodes qui sont dénoncées dans les médias : fuite d'informations, fuite de documents, fuite de photos, fuite de procédures, fuite étatique, fuite de renseignements d'Etat, fuite de données militaires.

Ce qui m'interpelle dans tout ça, se sont les liens qui relient mes deux premières constatations : l'argent, la politique, le pouvoir, le besoin de nuire, l'envie d'atteindre une personne, le discrédit recherché, la fragilité provoquée, les réactions engendrées, les intérêts non avoués, la manipulation du système au moyen de vices.

Tout ceci n'est pas nouveau, mais la Suisse avait su se préserver d'un déballage médiatique généralisé sur des affaires semblables, la Suisse savait régler ces problèmes institutionnels avec une diplomatie "mains propres" qui purgeait le ver du fruit, sans mettre en danger le noyau de celui-ci.

Ce n'est plus le cas et c'est bien là le grand danger pour nos institutions, nos valeurs, nos repères et l'avenir d'une société où tout fout le camp. L'argent pollue la politique, la politique pollue la justice, la justice n'est plus indépendante, le pouvoir n'est plus reconnu, et derrière tout s'écroule car la légitimité de la démocratie, des élections, des votations s'effondre.

Dans ma meute, les règles de vie n'ont pas changées, elles sont et demeureront naturelles, dictées par le bon sens du rythme de la vie, en groupe, en société. Le pouvoir est reconnu, la force aussi, l'acte nécessaire ou courageux également, la transmission du savoir et des connaissances est la ligne de vie de la famille, individualisme il y a mais jamais face aux dangers. Nous connaissons nos amis, nous déterminons nos ennemis, mais la trahison n'existe pas, elle serait condamnée par un rejet immédiat, pas de la victime de cette vile manoeuvre, mais du loup qui aurait osé faire preuve de si peu de courage.

Je retourne dans mon bois, il y fait frais et la rumeur ne passe pas par là.

Pertinence.