04/12/2009

Où est l'Esprit de Genève - Absente quelques semaines, la meute a changé à Genève !

Absente depuis quelques semaines, je suis rentrée hier soir dans mon bois. A mon départ, la ville était en ébullition de propagande électorale. Faut dire qu'il y en a eu des votations et des élections ces deux derniers mois à Genève. Et pourtant, l'Esprit de Genève s'est-il pour autant réveillé, pas certaine ?

Bien des sujets ont été abordés ;

- l'AI, la TVA, le trafic aérien, le matériel de guerre, les minarets au niveau fédéral

- l'interdiction de fumer, la conciliation en matière de baux et loyers, la protection du locataire, l'imposition des personnes physiques, les contributions publiques, l'imposition des personnes morales, élection du Grand Conseil, élection du Conseil d'Etat, le Ceva, la tranchée de Vésenaz au niveau cantonal

- la fondation Saint-Gervais, le Centre William-Rappard, l'OMC, pour la ville de Genève 

Et pourtant, entre le 27 septembre et le 29 octobre, je n'ai pas l'impression que de grands changements fondamentaux sont intervenus. La démocratie a été respectée, mais je ne retrouve pas l'Esprit de Genève dans les résultats de ces consultations, sauf pour l'initiative anti-minaret, où là une signe fort à été donné à la Suisse, Genève veut rester cette ville-canton ouverte sur le monde. Mais c'est de loin pas suffisant pour redorer l'image de notre République.

Il faudra faire plus, aller plus loin, oser !

Dans ma meute il n'y a pas eu de changement, la nature laissant faire le destin, la maladie, la mort et la reproduction afin de réguler notre groupe.

Par contre, Genève a vu d'importantes modifications dans la sienne. La balance des idées, du pouvoir, des intérêts, a oscillé. Malheureusement, j'ai bien peur que ce ne sont que ces trois valeurs, idées, pouvoir et intérêts, qui serviront de baromètre dans les quatre ans à venir. Je souhaite me tromper et que l'ouverture au monde, à la civilisation, la recherche de la paix universelle et le développement durable deviennent les sources nourricières de nos élus, de nos organisations, de nos citoyens, pour que l'Esprit de Genève redevienne un espoir pour toute l'humanité.

Pourtant, du fond de mon bois, je vois encore les hommes s'entre-tuer dans le monde , se déchirer, se battre, se détruire, mais mon espoir devient encore plus fort, car primordial.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.