26/10/2009

La louve regarde sur Léman Bleu la meute des candidats qui passe chez Décaillet. Sur le thème de la sécurité, Pertinence donne des notes aux politiques :

  

emission_80.gif

 

David Hiler : 8/10 - une grande lucidité - plus qu'un candidat, un véritable patron pour le Conseil d'Etat 

Conseil de la Louve : la sécurité publique a un prix, ne jamais l’oublier.

Pierre-François Unger : 6/10 - une bonne vision des problèmes au niveau cantonal – police, justice, prison - manque de fermeté sur la détention administrative

Conseil de la Louve : UMUS était le début d’un bon projet, à poursuivre.

François Longchamp : 5/10 - de grandes contradictions du fait de la position hybride de son parti à Genève

Conseil de la Louve : observer, réfléchir et surtout agir

Mark Muller : 4/10 - une faible connaissance du dossier – suppose que les policiers n’interviennent pas -  ne semble pas concerné par le problème du sommet de ses tours – veut construire des prisons

Conseil de la Louve : gouverner en toute collégialité, moins d’égoïsme

Charles Beer : 3/10 crie à l’urgence pour les effectifs - une grande naïveté - fustige, se souvient de Bernard Ziegler mais pas du pont du Mont-Blanc et du G8 – soutient la réforme de Laurent Moutinot

Conseil de la Louve : tester les bancs de l’école de police, juste pour voir

Mauro Poggia : 8/10 – discours sobre, clair et précis - très bonne analyse de la situation, et de son colistier

Conseil de la Louve : prendre sa véritable place dans le monde politique

Yves Nidegger : 7/10 - un discours très ferme qu'il ne pourra tenir dans la collégialité d'un Conseil d'Etat

Conseil de la Louve : se réveiller plus tôt dans 4 ans, doit grandir

Eric Stauffer : 6/10 - dit ce que l'on veut entendre, sans expliquer les moyens à disposition pour arriver à ses buts, surtout en 45 jours - utopie ou naïveté

Conseil de la Louve : devenir crédible, un bon discours ne suffi pas

Isabel Rochat : 4/10 - de bonnes intentions mais avec une grande utopie dans son discours

Conseil de la Louve : faire ses armes au Parlement, doit s’aguerrir

Véronique Pürro : 4/10 a encore des doutes sur la détention administrative -20 % de réquisitions sociales effectuées par les policiers, alors que plus de 60 % des réquisitions comportent du social – veut décharger la police, mais n’a pas de solution si ce n’est revoir le métier, encore un fois

Conseil de la Louve : revoir ses leçons, viser le DES ou se retirer

Michèle Künzler : 3/10 – veut féminiser la police - critique les Romands, les syndicats de police, veut une police genevoise pluriculturelle et urbaine, alors qu'elle l'est déjà – conteste une certaine impunité qui est une réalité

Conseil de la Louve : sortir du pays de blanche neige et de l’utopie

 

 

 

Genève.jpg

Le fonctionnement de la politique genevoise irait mieux si, comme dans ma meute, l'on mettait de suite les bonnes personnes aux bonnes fonctions.

 

22:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

" Eric Stauffer : 6/10 - dit ce que l'on veut entendre, sans expliquer les moyens à disposition pour arriver à ses buts, surtout en 45 jours - utopie ou naïveté "

En français on appelle cela "démagogie" tout simplement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/10/2009

Le débat démocratique à la sauce Decaillet est loin d'être équilibré! Car tous les candidats n'ont pas été invité à cette sauterie médiatique! Bon, je veux bien que le Bouffon et le Prophète soyent mis de côté, car ils n'ont pas de véritable programme. Mais pourquoi n'y avait-il pas un représentant de la liste de la Gauche combative?! Pauvre débat non démocratique, avec des politiques qui attendent sagement leur tour pour dire deux ou trois phrases... pathétique! Tous 1/10, car ils étaient présents, le zéro est pour Decaillet!

Écrit par : Riro | 27/10/2009

M. Decaillet, qui a pourtant largement le talent qui lui permettrait d'être respectable et utile, préfère s'adonner à son jeu habituel qui consiste à miner la crédibilité de ceux qui ne lui conviennent pas en laissant entendre que leur émotion du moment, ou toute autre caractéristique qui lui convient, trahissent des idées ou des visées inavouables, généralement fascistes (voir la référence aux années '30 en Italie pour Me Poggia). On attendrait d'un chrétien aussi affirmé que M.Decaillet, qu'au lieu d'un show égocentrique tout destiné à le mettre en vedette, il favorise une présentation digne et sans parti pris des différentes positions de ses invités, dusse-t-il pour cela faire preuve d'une certaine humilité (chrétienne ou non).

Écrit par : Mère | 27/10/2009

Les commentaires sont fermés.