08/09/2009

Réorganisation de la Police, ou le départ annoncé d'un homme politique

Mercredi 09.09.09 à 1100, selon une amie journaliste, le président du Département des Institutions, Laurent MOUTINOT, va donner une conférence de presse dont le sujet est "Réorganisation de la Police".

, Laurent Moutinot ...

En quelques mots, comme lors du discours de la dernière prestation de serment de jeunes gendarmes, il va expliquer le sens de la démarche entreprise, pour le bien des policiers et afin d'améliorer l'image générale de la police. Il va prétexter que les rapports de la Cour des Comptes et de M. ANNONI ont été les déclencheurs de cette grande réorganisation. Il va aussi nous dire que le but n'est pas de nuire aux policiers, mais bien de leur apporter une plus-value, par une transparence des prestations qui leurs sont allouées, leurs salaires, leurs indemnités, leurs avantages sociaux acquis de longue date par la ligne historique des syndicats de police.

Il va aussi déclarer que ces mêmes syndicats ont été consultés pour l'élaboration de cette importante transformation du corps de police. Il va également dire que les modifications proposées vont apporter une plus-value pour la sécurité des genevois. Cet homme est si facile à lire, si prévisible. 

Genève.jpg

Une présentation idyllique pour la plus grande attaque sociale qu'aura à subir une corporation étatique. Une présentation présomptueuse qui n'apportera pas la réponse urgente attendue par une population genevoise afin de sécuriser nos rues. Puis il va probablement présenter un projet de loi, voire divers règlements d’application, avec un calendrier rigide et régulier sur trois ans.

Cet homme de pouvoir pourra alors quitter la scène politique genevoise la tête haute, le sentiment du devoir accompli et de la mission réalisée.

Il aura su rester patient et ainsi durant plus de trois ans il a pu préparer son acte final. Nous ne saurons jamais quelles auront été ses motivations les plus profondes, les plus secrètes. Nous ne saurons jamais si la jouissance le gagnera au moment du premier mais dernier coup de sabre qu’il infligera au corps de police.

Ce que nous savons, c’est qu’il va laisser une profession composée d’hommes et de femmes d’honneur,  bras armé de l’Etat, ainsi qu’un département maudit dans un canton en crise avec son image, suite à  l’échec de la politique sécuritaire de ces dix dernières années, dans une situation de crise, proche de l’implosion.

La personne qui succèdera à Laurent MOUTINOT n’aura pas la tâche aisée.

urne.jpg

Elle devra premièrement réinstaurer la confiance entre l’employeur et les policiers. Elle devra aussi commencer un travail qui n’a pas été effectué ces dernières années, à savoir restructurer ce département, poser des jalons forts et une doctrine policière sans ambigüité afin de redonner la mission première qui se doit d’être celle des policiers, assurer la sécurité des bien et des personnes.

Sachant que la police genevoise aura été brisée par son prédécesseur, il ne sera plus possible de poursuivre l'oeuvre amorcée, mais il faudra tout reconstruire. Pour ce faire, cette personne aura 4 ans, 48 mois qu'il ne faudra pas négliger comme viennent de l'être ceux écoulés.

louves.JPG

 Mes amis les loups hurlent avec moi, car l'homme est bien plus cruel que la bête car il ne sait reconnaître les siens parmis les prédateurs.

21:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Chère Pertinence,

Comme vous avez raison !
Le peuple genevois devra faire attention à chaque personne choisie sur les listes pour les élections au Grand-Conseil ainsi que sur le choix des candidats au Conseil d'Etat.
On ne peut pas savoir qui héritera du DI et si cette personne assumera sa tâche.
Par contre en votant intelligemment pour une constituante forte et efficace cela peut éviter de graves manquements.
J'espère que les 60% de genevois habituellement abstinents vont pour une fois remplir leur devoir.
Qui peut faire changer les choses si ce n'est le citoyen en votant et en élisant des gens qui veulent vraiment le bien de cette ville.
Mais sauront ils réagir avant qu'il ne soit trop tard.

Écrit par : feline | 08/09/2009

Il ne faut quand même pas être trop dure avec Moutinot.... en 4 ans il a quand même fait une chose d'importance : changer le DJPS en DI.... un changement qui a coûté des millions et qui a servi à ..... euhhhh.... je cherche encore....

Écrit par : youpiiiiii | 08/09/2009

Grâce à sa finesse diplomatique, à son empressement légendaire, à son sens de l'indécision et à son tact personnel pour traiter le dossier brûlant de l'affaire Kadhafi et grâce au soutien de sa collège de parti, cheffe du DFAE au début de cette affaire, la Suisse se retrouve dans un situation difficile qui n'aurait jamais dû dégénérer de la sorte si les bons contacts et la prise en charge sérieuse de ce dossier avaient existé au préalable.
Le(a) futur(e) Conseiller(ière) d'Etat, en charge du département de la police n'a pas d'autre choix que de mettre en place des décisions fermes et décisives en coordination avec Berne, les autres cantons et avoir avec la justice genevoise des rapports normaux pour en finir avec la dégradation quotidienne du Canton.

Écrit par : demain | 09/09/2009

Les commentaires sont fermés.