31/07/2009

Un serment pour la vie

Il y a des serments auquels on croit toute une vie :

Suisse-Serment-du-Grutli-1.jpg
Il y a des serments qui demeurent une Croix toute une vie :
Serment1.jpg
Il y a un serments qui accroît les valeurs de la vie :
serrment2.jpg
Signé : Pertinence, la louve attirée par les feux allumés en campagne de cette nuit, dans des communes de la rive gauche, et qui en écoutant les hommes chanter en cette circonstance, se disait qu'au fond, ils ne peuvent pas être si mauvais que ça !

19:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2009

Direction Générale de la Mobilité, à quoi ça sert ?

Depuis le début des travaux, consacrés à la deuxième partie de la pose du Tram « moyen de transport humain destiné à déplacer la population bipède en masse », et selon les explications que j’ai pu saisir dans une discussion tenue par deux petits vieux, pas bon à croquer mais qui attendaient désespérément .. un bus, de nombreuses incohérences parcourent les routes genevoises.

 

Je n’en doutais pas en observant les routes dangereuses que je me dois de traverser, mais là … A la lecture de l’article de la TDG de ce matin, c’en est trop !

 

http://www.tdg.ch/geneve/actu/bouchons-automobiles-surprennent-experts-2009-07-26

 

Après avoir quitté ma meute du côté des bois du Mandement genevois, je me suis égarée vers Bernex, attirée par un refuge où d’autres carnassiers listés attendaient soit la mort, soit d’être adopté par un bipède.

 

C’est donc depuis ce coteau, en cherchant à manger dans quelques poubelles, que j’ai été surprise par la discussion de deux petits vieux qui attendaient un bus.

 

Selon eux, depuis le début des travaux, les automobilistes « race qui écrase trop souvent ma nourriture » sont passés par tous les états d’esprit.

 

Dans un premier temps, la suppression des feux sur l’axe Bernex – Jonction a représenté une délivrance, alors qu’il ne restait plus qu’une voie de circulation. En lieu et place de créer un bouchon redouté, l’ouverture de cet axe principal, sans entrave, a fluidifié le trafic, diminuant ainsi la pollution.

 

Les nuisances des travaux sont alors apparues comme bénéfiques, sauf pour les riverains et mes congénères. Certes de nombreux usagers de la route avaient trouvé un parcours de délestage en passant par la route de Base, ou la route de Saint-Julien, mais le résultat était là. L’axe principal Chancy – Jonction était enfin une pénétrante rapide et viable même avec une seule voie.

 

Mais voilà, quelques génies de la Direction Générale de la Mobilité, ont rétabli les feux lumineux à certains endroits de cet axe, et depuis, les bouchons ont repris place, la grogne aussi.

 

On pouvait supposer que ce n’était qu’un hasard de calendrier, mais la DGM récidive et le quartier de la Jonction, qui n’avait jamais aussi bien porté son nom, devient le nouveau goulet genevois, en attendant le suivant du côté de la route de Meyrin. Force est de constater que ces deux petits vieux avaient raison.

 

Moi qui me déplace à quatre pattes, je me pose simplement la question suivante. Pour quelle raison l’homme, dans le but premier d’améliorer une situation antérieure, arrive à amplifier ses problèmes, à les rendre incommensurables pour en finalité se pourrir la vie.  

 

Et tous ces trams, ces bus, ces transports publics nouveaux, qui vont les emprunter si mes ennemis les bipèdes ne peuvent pas déposer leurs saletés de véhicules à moteur dans des parkings qui ne sont visiblement pas prévus … !!!

 

Seul soulagement, c’est que la déforestation de ma campagne Genevoise est retardée, même si la louve que je suis se rapproche de plus en plus de votre ville, juste pour y observer les hommes et l’immobilisme politique de leur chef de meute.   

12:32 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2009

Acte 2, Pertinence croque l'Esprit de Genève, avec un renouveau religieux universitaire possible pour la paix ..

 

Sortant du bois, et cherchant à me nourrir l'esprit, c'est en m'attaquant à des articles du jour que je me suis surprise à comparer les contenants.

 

Parallélisme du développement de deux sociétés qui s’affrontent depuis 1948 dans un conflit qui a commencé en 1920, comme chez nous où sur un seul territoire

 

Dans le Temps, on peut y lire que la population croît trois fois plus vite dans les colonies juives que dans le reste de l’Etat d’Israël. Cette conclusion est révélée par l’étude du cercle d’études Israeli European Policy Network. Au-delà de cette forte croissance de la population, on y relève aussi que les implantations juives en territoire palestinien occupé reçoivent près de deux fois plus de subventions de l’Etat que les municipalités israéliennes stricto sensu.

 

Sachant que le patrimoine immobilier global des colonies représente à ce jour 18 milliards de dollars, je peux comprendre que le gouvernement israélien n’est pas prêt à lâcher du terrain, et les murs de la honte, de la guerre et de l’égoïsme qui occupent ces sols, car la paix n’a pas de prix pour tous les antagonistes de ce conflit.

 

En lisant cet exposé du Temps, sauf ma conclusion très personnelle, je me dis que l’éducation religieuse de cette population croissante va présenter des problèmes devant une telle augmentation.

 

Heureusement, c’est en lisant l’article de la TDG que la solution m’est apparue. On peut y apprendre que l’idée de former des imams en Suisse, issue du programme national de recherche intitulé « Collectivités religieuses, Etat et société ».

 

Pour arriver à cette pensée, les chercheurs zurichois ont interrogé une centaine de représentants des communautés musulmanes, ainsi que pris l’avis de quelque 40 collectivités religieuses, partis et autorités politiques, hautes écoles et experts juridique. La majorité s’est prononcée pour la formation des imams en Suisse. Le but principal recherché est un rapprochement entre les imams et les musulmans du pays, souvent pour combler un déficit linguistique, notamment auprès des jeunes.  Il y est précisé que les musulmans souhaitent que les imams et les enseignants religieux acquièrent des connaissances d’histoire, de droit suisse, de politique et d’économie. Ils devraient également suivre des cours de science des religions et d’introduction au dialogue interreligieux.

 

C’est à la lecture de ces dernières recommandations que mon poil lustré par le vent s’est soulevé, fouetté par une grande idée, une idée de meute, mais que la louve solitaire que j’ai choisi de devenir présente.

 

Relevant qu’il est aussi probable que nombres de rabbins vont manquer dans les colonies occupées, vu la croissance démographique relevée, et afin de nourrir les nouvelles populations des enseignements religieux nécessaires, pourquoi dans le contexte actuel helvétique, ne pas ouvrir une chaire à l’université de Genève, « Territoires Occupés, Religions, Formations, Sciences et Vie en Communauté ». Cette formation universitaire serait ouverte aux imams et rabbins, dans le but de pouvoir par la suite enseigner à leurs brebis, tout en prolongeant l’Esprit de Genève créé en 2004, mais qui a ce jour est au point mort.

 

Grande idée nommée « Pertinence », mais je me demande si Micheline, une cousine éloignée qui n’a plus de croc depuis bien longtemps pour mordre la politique à pleine dents, appréciera réellement celle-ci pour y donner suite. On pourrait aussi y inscrire une bourse d’étude "Mouammar Kadafi ", ami de la paix entre les peuples, même si je l'ai déjà vu couvert de la fourrure de deux des miens, sur son trône royal et despotique.

 

Liens : Le Temps et TDG

 

 

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/cb9a3606-7625-11de-a9ab-061ced3690c8/Israël_la_population_croît_3_fois_plus_vite_dans_les_colonies

 

http://www.tdg.ch/actu/suisse/formation-imams-suisse-idee-fait-chemin-2009-07-21

21:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)