21/07/2009

Acte 2, Pertinence croque l'Esprit de Genève, avec un renouveau religieux universitaire possible pour la paix ..

 

Sortant du bois, et cherchant à me nourrir l'esprit, c'est en m'attaquant à des articles du jour que je me suis surprise à comparer les contenants.

 

Parallélisme du développement de deux sociétés qui s’affrontent depuis 1948 dans un conflit qui a commencé en 1920, comme chez nous où sur un seul territoire

 

Dans le Temps, on peut y lire que la population croît trois fois plus vite dans les colonies juives que dans le reste de l’Etat d’Israël. Cette conclusion est révélée par l’étude du cercle d’études Israeli European Policy Network. Au-delà de cette forte croissance de la population, on y relève aussi que les implantations juives en territoire palestinien occupé reçoivent près de deux fois plus de subventions de l’Etat que les municipalités israéliennes stricto sensu.

 

Sachant que le patrimoine immobilier global des colonies représente à ce jour 18 milliards de dollars, je peux comprendre que le gouvernement israélien n’est pas prêt à lâcher du terrain, et les murs de la honte, de la guerre et de l’égoïsme qui occupent ces sols, car la paix n’a pas de prix pour tous les antagonistes de ce conflit.

 

En lisant cet exposé du Temps, sauf ma conclusion très personnelle, je me dis que l’éducation religieuse de cette population croissante va présenter des problèmes devant une telle augmentation.

 

Heureusement, c’est en lisant l’article de la TDG que la solution m’est apparue. On peut y apprendre que l’idée de former des imams en Suisse, issue du programme national de recherche intitulé « Collectivités religieuses, Etat et société ».

 

Pour arriver à cette pensée, les chercheurs zurichois ont interrogé une centaine de représentants des communautés musulmanes, ainsi que pris l’avis de quelque 40 collectivités religieuses, partis et autorités politiques, hautes écoles et experts juridique. La majorité s’est prononcée pour la formation des imams en Suisse. Le but principal recherché est un rapprochement entre les imams et les musulmans du pays, souvent pour combler un déficit linguistique, notamment auprès des jeunes.  Il y est précisé que les musulmans souhaitent que les imams et les enseignants religieux acquièrent des connaissances d’histoire, de droit suisse, de politique et d’économie. Ils devraient également suivre des cours de science des religions et d’introduction au dialogue interreligieux.

 

C’est à la lecture de ces dernières recommandations que mon poil lustré par le vent s’est soulevé, fouetté par une grande idée, une idée de meute, mais que la louve solitaire que j’ai choisi de devenir présente.

 

Relevant qu’il est aussi probable que nombres de rabbins vont manquer dans les colonies occupées, vu la croissance démographique relevée, et afin de nourrir les nouvelles populations des enseignements religieux nécessaires, pourquoi dans le contexte actuel helvétique, ne pas ouvrir une chaire à l’université de Genève, « Territoires Occupés, Religions, Formations, Sciences et Vie en Communauté ». Cette formation universitaire serait ouverte aux imams et rabbins, dans le but de pouvoir par la suite enseigner à leurs brebis, tout en prolongeant l’Esprit de Genève créé en 2004, mais qui a ce jour est au point mort.

 

Grande idée nommée « Pertinence », mais je me demande si Micheline, une cousine éloignée qui n’a plus de croc depuis bien longtemps pour mordre la politique à pleine dents, appréciera réellement celle-ci pour y donner suite. On pourrait aussi y inscrire une bourse d’étude "Mouammar Kadafi ", ami de la paix entre les peuples, même si je l'ai déjà vu couvert de la fourrure de deux des miens, sur son trône royal et despotique.

 

Liens : Le Temps et TDG

 

 

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/cb9a3606-7625-11de-a9ab-061ced3690c8/Israël_la_population_croît_3_fois_plus_vite_dans_les_colonies

 

http://www.tdg.ch/actu/suisse/formation-imams-suisse-idee-fait-chemin-2009-07-21

21:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.